Amer

by Fuck The Facts

supported by
subscribers:
/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     $4 CAD  or more

     

  • CLICK HERE to order the limited edition 10" vinyl.

1.
2.
02:32
3.
4.
01:44
5.
6.
7.
03:03

about

Check out the video for "L'enclume et le marteau" here: youtu.be/k5cHGUZQaAw

credits

released 18 June 2013

Amer de Fuck The Facts
Topon Das - guitare
Mel Mongeon - voix
Mathieu Vilandré - batterie, guitare, voix
Marc Bourgon - basse, guitare, voix
Johnny Ibay - guitare

Enregistré au Studio Apartment 2 par Fuck The Facts
Mixage par Topon Das
Mastérisation au studio Visceral Sound par Scott Hull

Pochette par Mel Mongeon

2013

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist
Track Name: Une triste vue
À quel moment sommes-nous devenus misérables?
Le dos courbé, la tête baissée; nous nous regardons à peine.
L’intense vide entre nous deux.
À quel moment sommes-nous devenus si triste, si misérables?
Était-ce le jour où nous avons tout eu?
Track Name: Vent du nord
Le souffle court; la pièce petite, étouffante.
L’air vicié; on ménage le peu disponible.
L’espace lourd, gommé, se colle à nos peaux, nous salit.

Fier de son royaume, il valse gauchement.
J’angoisse en prenant conscience du temps qu’il nous reste à partager.

Les sons s’échappent violemment des haut-parleurs et valsent avec les coulisses brunes qui tapissent les murs.
Chacune des infimes particules en suspension suit les règles de la danse, défend son espace.

Notre silence, notre résignation.
Jouer au mort semble en ce moment la seule option.

La clarté en premier, mais c’est un vent du nord qui est venu nous chercher.
Dans mes frêles poumons, la noirceur est entrée.
Je tousse machinalement, je tousse la pesante lourdeur qui est maintenant mienne.
Track Name: Panser la plaie au lieu de soigner le mal
Sur un petit clou dépassant du vieux tapis il se blesse.
Quelques goutes de sang, rien de grave.
Un pansement; l’affaire est réglée.
L’accident est oublié et le temps passe.

Un matin, au sol des taches de sang
Tout près de la blessure, une nouvelle plaie.
Le sang coule rapidement.
Un bandage serré autour du pied, il est confiant ce sera suffisant.

Puis la jambe flanche sous la pression.
De la cheville au genou, des jets de sang.
La cuisse emboîte le pas, coule partout.
Des mètres de bandage; on enveloppe.

À peine le temps de souffler, c’est au tour de la deuxième jambe.
Plus de bandages.
Puis ensuite le torse, les bras, la tête.

Tachée, son sang sur mes vêtements, ma peau, dans mes cheveux.
Deux yeux gris me fixent au travers des bandes de tissu rouges.
Track Name: A Void
Failure will find you.
Escape this, I dare you to try.
I find myself thinking about the wrongs that I did.
Track Name: Jour de souffrance
Je ne suis pas victime, je ne cherche pas compassion.
Je ne suis pas lâche, je ne suis pas aveugle, je ne le suis pas.
Perce-moi avec tes mots crus.
Perce-moi pour que je me sente vivante.

Je ne suis pas victime, je ne cherche pas compassion.
Je ne suis pas lâche, je ne suis pas aveugle, je ne le suis pas.
Perce-moi que je ressente l’impact, que je me brule à cette lumière

On recommence pour faire semblant de ne pas se voir, semblant de vouloir en finir.
Pour être certain que nous sommes qu’un.
Track Name: L'enclume et le marteau
J’aimerais prendre congé de moi, de ma vie.

Juste pour quelques heures, concevoir ce que c’est ne plus être soi.
Une seule fois, m’échapper de la tension de ma peau et du poids de mes angoisses.

M’éloigner un instant des gaffes, des atrocités prononcées; mauvais souvenirs que l’on chasse rapidement avant qu’ils ne se positionnent solidement et ruinent le moment présent.

Et des manies fatigantes, des obsessions, des compulsions qui nous traquent; ne nous laissant d’autres choix que de leurs obéir nerveusement.

De la boule dense au centre de ma poitrine qui m’ordonne d’aller plus vite, d’en faire plus et de le faire mieux.
Track Name: Amère
Le gardien de mes regrets me guette,
s’assure que je n’oublie pas mes tourments,
me présente en rafale les pires racoins de mon subconscient,
sirote mes larmes vieillies, fume les cendres de mes souvenirs ;
j’ai mis tant d’efforts à les faire disparaitre.

Le réveil précipitera la fin de mon rêve pénible.
La lumière douloureuse viendra à bout de toute envie de rester forte.

Il me suivra la journée durant à une distance raisonnable,
me laissera gouter à l’illusion du bonheur.